top of page
Rechercher
  • mauranphi

L'oraison funèbre d'un mignon d'Henri III , Paris, 1578


Le 31 mai 1578 fut prononcée, par Arnauld Sorbin, en l'église Saint-Paul à Paris; l'oraison funèbre de Jacques de Lévis, comte de Caylus, fils d'Antoine de Lévis, seigneur de Caylus, de Villeneuve-la-Crémade, de Privezavc et de Penne, sénéchal (1568) et gouverneur (1574) du Rouergue, et de Balthazarde de Lettes.


Blessé de dix-neuf coups d'épée lors du duel des Mignons, le 27 avril 1578, il mourut de ses blessures le 29 mai à l'hôtel de Boisy, rue Saint-Antoine à Paris3. Henri III lui fit élever un mausolée avec cette épitaphe : Non injuriam, sed mortem, patienter tulit. Son mausolée fut détruit par la foule en colère en 1589.


Arnaud Sorbin de Sainte-Foi, né vers 1532 à Montech et mort le 1er mai 1606 à Nevers est connu pour son éloquence et son zèle contre les calvinistes. En 1567, sa réputation comme sermonaire acquit une telle renommée, que la reine-mère, Catherine de Médicis, attire Sorbin à la cour et lui confère le titre de prédicateur du roi. Sorbin est un des instigateurs de la sanglante nuit de la Saint-Barthélemy (24 août 1572).


L'Artisan Biblio-Phil propose l'Oraison funèbre du comte de Queylus par Sorbin en édition originale (1578) dans une superbe reliure plein maroquin, signée par Masson et Desbonnelle [Charles Debonnelle et Germain Masson, relieurs, 16 rue Dauphine à Paris. - Ouvriers et successeurs de Capé en 1867. - Exercent jusqu'en 1885]



14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page