top of page

Le Satyre Ménipée ou de la vertu du catholicon d'Espagne et de la tenue des états de Paris à laquelle est ajouté un discours sur l'interprétation du mot de Higuiero del Infierno, et qui en est l'auteur. Plus le regret sur la mort de l'Asne ligueur d'une damoiselle qui mourut pendant le siège de Paris. 

Edition en trois tomes à Ratisbonne [les héritiers de Mathias Kerner] 1714.

 

Tome 1 : frontispice, titre, avertissement du libraire 4 p. non foliotées, table 4p. non foliotées , Explication du frontispice et abrégé de l'histoire de la Ligue , 22 p. foliotées de i à xxij , 428 p. incluant deux planches dépliantes [p.11 et p. 319], 3 gravures hors texte [p.3 - p. 27 - p.207 ] une gravure plein texte [p.311], table des matières  24 p. non foliotées . In-8° pleine basane, quelques épidermures, coiffes et coins en bon état. Tome 2 : Faux titre, titre , Table 4p. non foliotées , avertissement 2p. non foliotées 474 p. [dont la liste de ceux qui furent bannis de Paris lors de sa réduction en 1594] , table des matières 33 p. non foliotées. In-8° pleine basane , coiffes arasées, coins émoussés, petits manques de cuir sur le plat recto . Tome 3 : aux titre, titre , Table 4p. non foliotées , 536 p. [dont le Dialogue d'entre le Maheustre et le Manant], table des matières 30 p. non foliotées. In-8° pleine basane, coiffes de tête en partie arasée, coiffe de queue en bon état, légère cassure sur le mors du plat recto, coins en bon état.

 

Voici ce que disait le Président Hénault dans son Nouvel abrégé de l'Histoire de France [1768 , seconde partie p.599-600] : " En cette année {1593} parut le Catholicon d'Espagne. l'année suivante l'on y ajouta les Abrégés des Etats de la Ligue et le tout fut appelé Satire Ménippée. M. Le Roi, aumônier du jeune cardinal de Bourbon, et depuis chanoine de Rouen [1627 -?], fut seul l'auteur du Catholicon. Pour l'abrégé des Etats, plusieurs y travaillèrent : Passerat [Jean, 1534-1602] et Rapin [Nicolas , 1540-1608], deux poètes fameux, en composèrent les vers. M. Gillot[Jacques, 1550-1619], conseiller au Parlement de Paris, dont nous avons une éloge de Calvin en latin, fit la harangue du cardinal de Pellevé ; on est redevable au savant Pierre Pithou de la harangue de M. d'Aubrai, qui est la meilleure de toutes, et l'on doit encore à Rapin la harangue de l'archevêque de Lyon et celle du docteur Rose, grand-maître du collège de Navarre et évêque de Senlis. Peut-être que la Satire Ménipée ne fut guères moins utile à Henri IV que la bataille d'Ivry : le ridicule a plus de force que l'on ne croit."

 

Rédigé selon toute vraisemblance dans le second semestre de 1593 , le pamphlet fut originellement publié en 1594 avec 255 p; un supplément de 45 p. existe pour La Suite du Catholicon d'Espagne. Ses différentes rééditions sont autant de témoignages de la vie politique en France jusqu'en 1752.

 

Yves Cazaux affirme que les éditions de 1709, 1711 , 1712 et 1714 sont identiques et ont été le fait de l'atelier de François Foppens à Bruxelles. Les annotations seraient dues à Dupuy [Pierre , 1582-1651] qui en aurait rédigé la préface. Une édition chez Matthias Kerner a été publiée en 1699 pour insérer les Remarques de Jacob Le Duchat (1658-1735), reprises dans celles qui portent la signature de ses héritiers. 

 

Cette attribution à l'atelier Foppens semble confirmée  par l'un des propriétaires qui l'a mentionnée sur la garde volante du tome 1.

 

Les quatre éditions citées trouvent un écho dans le public car elles paraissent au moment où se joue l'anéantissement de port-Royal.

 

Cependant, cette édition de 1714 n'est pas identique aux précédentes, contrairement à ce qui dit Cazaux. Le fleuron de la page de titre, pour les éditions 1709, 1711 et 1712 , représente Janus, alors qu'il s'agit d'un motif soutenu par deux trompettes entrecroisées pour celle de 1714. Un mystère subsiste sur cette édition de 1714.

Le Satyre Ménipée, édition de 1714

600,00 €Prix
TVA Incluse
    bottom of page