top of page

Table généralle et alphabétique de tous les edits et lettres patentes enregistrées au Parlement de Dijon, depuis son etablissement jusqu’à la St. Martin 1680.

 

In-Folio [447*297 mm] plein veau jaspé , plats aux armes de Samuel-Jacques Bernard, dos à nerfs, coiffes usées, cassures en tête et queue des mors , reliure très solide, trois tranches rouges, signet de soie, caissons ornés de fleurons, pièce de titre, triple filet sur les plats, tranchefiles présentes. 748 pages manuscrites [parfaitement lisibles], par ordre alphabétique de matières. Les deux feuilles finales, restées vierges, ont été coupées, le texte est donc collationné complet. Gardes couleurs. Ex-libris sur contre plat recto [inconnu] et mention manuscrite sur garde blanche recto  de Thomas Philipps (1792-1872) bibliophile anglais [ce manuscrit se retrouve bien, avec le numéro d’ordre spécifié ici, dans son catalogue de 1837].

 

Document de toute beauté qui fournit des renseignements de première main (et parfois disparus) sur l’histoire de la Bourgogne.

Le Parlement de Dijon, héritier du Parlement de Bourgogne créé en 1354, fut installé à Dijon par Louis XI en 1480.

Notre manuscrit liste les édits ou lettres patentes sans toujours donner les millésimes d’enregistrement comme par exemple « Echange de quelques villages de la terre de Vauvillers fait entre les députés du Roy et ceux de l’Archiduc par le traité qui contient les limites du duché et du comté de Bourgogne », d’autres sont parfaitement datés comme « Déclaration du Roy contre les Princes de Condé, de Conty, duchesse de Longueville, duc de Nemours et de la Rochefoucaud , publiée au Parlement le 29 novembre 1652 ».

Mais la richesse du document réside dans ses énumérations de tout le personnel administratif de la région : gouverneurs, lieutenants généraux, conseillers du Parlement (287 noms) , conseillers d’Honneur (17) ou conseillers honoraires (32), Conseillers aux bailliages et chancellerie de Dijon (20), Table de Marbre (9), Présidial de Bourg-en-Bresse (32 noms). Tous les contrôleurs des greniers à sel d’Auxonne, Nantua, Dijon, Laigneux, Nuits, Belley, Arnay-le-Duc, Gex , Pouilly sont énumérés ; comme les Grenetiers des greniers à sel de Seyssel, Noyer, Gex, Auxonne, Saulieu, Châlon, Avalon, Montbar, Nantua, Dijon, Semur en Brionnois, Arnay le Duc, Pont de Vau, Seures, Beaune, Autun , Semur en Auxois , Châtillon sur Seine etc… Les grands voyers, les gardes contrôleurs des grandes et petites mesures, les généraux subsidiaires des Monnaies en Bourgogne, les fermiers des gabelles, les Procureurs généraux , les Prévôts, les visiteurs des gabelles, les lieutenants criminels et les lieutenants particuliers de tous les sièges du ressort du Parlement sont mentionnés. Une liste particulièrement impressionnante de sergents royaux (333 noms) est présente. On aura garde d’oublier les huissiers (à la cour (88), audienciers dans diverses juridictions).

Autre source intéressante, il est fait mention nominative de 50 reliefs de noblesse, 41 confirmations de noblesse, 25 naturalisations, 6 changements de nom, 64 anoblissements . Et quelques spécificités d’Ancien Régime, toujours surprenantes : « Exemption pour Me Louis Vallot de Dijon pour avoir abbatu 3 années consécutives l’oiseau du jeu de l’Arquebuse », performance pas si anodine, puisqu’en deux cents ans, l’exemption pour ce motif ne fut accordée que pour deux autres personnes : Jacques Deslandes de Beaune et un autre Louis Vallot d’Auxonne.

 

 

Manuscrit, source pour l’Histoire de la Bourgogne 1480-1680

1 800,00 €Prix
TVA Incluse
    bottom of page