top of page
Rechercher
  • mauranphi

Un texte rare, Mazarinade inconnue de Moreau.




On a pu dire que la Grande-Bretagne de la guerre civile est un espace saturé d'eschatologie. Des libelles prédisant la fin du monde, la seconde résurrection du Christ... circulaient en quantité. Même si ce genre de textes pouvaient se trouver en France, ceux qui nous restent acessibles sont rares. Pourtant, cette culture eschatologique existait, en témoigne les témoignages, parfois moqueurs, des paniques du mois d'août 1654, lors d'une éclipse visible à Paris. Il ne faut pas négliger l'hypothèse que la conservation de ces textes aie souffert d'avoir perdu la bataille du rationalisme.

Un petit ouvrage, réunissant dix petits textes autour de Charles Ier, fut publié en 1650 à Rouen par quatre libraires. Il est aujourd'hui considéré comme une mazarinade, non répertoriée par Moreau. Il débute par une prophétie, ou prétendue tel, de Paul Grebner (1560-1590) qui annonçait une vaste alliance des Danois, Suédois, Hollandais et Français pour le rétablissement de Charles II . La restauration anglaise eut bien lieu en 1660.

Deux petites strophes du texte "Sur les méditations sacrées du Sérénissime Roy de la Grande Bretagne, Charles Ier" lient les destins anglais et français :

"En nos jours la fougue brouillonne / De grands Géants écervelez / Sur des Costaux amoncelez / Donna l'assaut à la Couronne / Mais Louys d'un bras vigoureux / Lança le Tonerre furieux / Qui foudroya leurs escalades /Et jusqu'aux antres de Démons/ Abisma tous ces Encelades [géant de la mythologie qui combattit les Dieux, doté de cent bras]/ Accablez sous leurs tas de monts./ Grand Dieu preste à Charles ta foudre /Avec le succez de Louys/ Qui rende les uns éblouis/ De voir les autres mis en poudre...."

Ecrit de circonstance, il faut reconnaître dans ces allusions le début de l'année 1650, avec l'arrestation des Princes et leur incarcération au Havre.

Petite spécificité de notre exemplaire : au dos de la page de titre, une étange carte à jouer du temps a été collée.


23 vues0 commentaire

Comments


bottom of page